Espace, Image, Texte / Slow eyes – ICÔN


Le mobilier urbain éphémère acquiert, par la photographie et la mémoire collective, une résonance dans l’histoire de la ville. Profitant de quelques lieux rehaussés j’ai exploré l’étude de cet écho pour la revue ICÔN lors de sa septième parution.

Pour ce travail il n’y avait pas de thématique, de sujet. Ou plutôt, faute de moyen financier, la revue ne payant que chichement les travaux, la double thématique de la Turquie et du ralentissement dans le cadre de l’architecture ou du design, n’était pas envisageable. Alors, avec architecture | etc nous avons opté pour la ville de Genève et l’opération Les yeux de la ville durant l’été 2005. Ce qui est devenu Slow eyes.

La réappropriation, souvent ludique et conviviale, de l’espace public dans la temporalité d’un été offre à la cité l’expérience de rêves passagers. Une matérialité légère, simple, économe, traduit des concepts parfois fort construits en des usages rêvés mais que les contraintes de la ville quotidienne rendent peu disponibles.

Sur les cinq lieux aménagés, trois ont retenu notre regard et notre expérience corporelle. Pour en rendre mémoire, le jeu des fantômes à été introduit dans les photographies. Avec l’aide d’Olivier Koeb, j’ai mis en scène et en perspective les esprits des lieux. Une fois n’est pas coutume nous n’avons que simplement composé la mise en page des images. Elles sont ici présentées dans leur agencement de publication et dans leur intégralité.

 

 

 

 

 

 

 

Malgré les instructions fournies, à la publication il y eu des erreurs de crédits. Les voilà réhabilités: Canal: Pierre Bonnet, Robert Ireland; Verdoyant: atelier Traces, Jean-Marc Comte, RB Landscapearchitecture; Tourbillons: Philippe Bonhôte, Julia Zapata; concept: Marcol, architectures | etc; réalisation: Marcol; photographie: Marcol, Olivier Koeb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *