Image, Texte / Égotourisme


Les voyages du Phénix sont la transposition photographique, tel un essai, d’une réflexion intimement liée à mon usage du monde. Entre honte et jouissance de l’état de touriste qui roule de l’égo à l’éco. Voyages nourriciers qui offrent à l’égotouriste d’entreprendre son apprentissage de l’autre et de l’ailleurs.

L’égo du touriste enfle dans la désinvolture de sa relation au monde. Il s’attribue des qualités divines de farce et considère l’ailleurs comme la scène d’une fable dont il détient le premier rôle.

Tout commence dans l’imaginaire du sédentaire, de celui qui ne connaît pas l’ailleurs, aussi proche soit-il. Le village d’à côté, la vallée voisine, la contrée prochaine sont peuplés d’étrangers. Même si le sédentaire n’a rien contre les étrangers – Âgecanonix dirait d’ailleurs que beaucoup de ses amis sont des étrangers, mais qu’il y a des étrangers qui ne sont pas de chez lui – il craint, naturellement, l’autre, sans bien prendre conscience qu’il est lui même l’autre de l’autre.

L’image qu’il a de l’autre et de l’ailleurs, se compose d’exagérations et de réductions. Exagérations des traits qui ne lui sont pas communs et qu’il appréhende, réductions des traits qu’il partage et qu’il ne connaît que trop bien. L’autre est donc nié dans sa nature et sa culture pour n’être considéré que comme le figurant de l’ailleurs, qui, de manière identique, est composé d’exagérations et de réductions.

À l’opposé de l’écotourisme, l’égotourisme n’a de valeur que dans l’auto-célébration inavouée du moi surestimé. L’égotouriste s’estime plus haut, plus grand, plus fort que l’autre chez qui il veut voyager comme dans une carte postale. L’ailleurs n’a d’autre réalité que celle des prospectus du voyagiste qui, on peut le supposer, n’a souvent jamais visité la contrée tant vantée étoilée de vues imprenables.

Tout à la gloire du moi révélé par la photographie, le touriste passe sa tête dans le trou prévu à cet effet dans le décor de carton plat qui lui prête ainsi le corps contextualisé d’un autochtone en action, qu’il soit un barbare colonisé ou une souris à grandes oreilles colonisatrice. Dans un autre genre, par cet art moyen, le touriste est situé immanquablement au centre de la photo-souvenir en adéquation avec la place qu’il prend dans la société qu’il visite, théâtre de son humanité.

Dans les voyages du Phénix, je donne à celui-ci une place telle que n’importe quel égotouriste en serait pâle de jalousie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *