Texte / L’heur des jours


La douleur de ne rien dire, d’être si proche et de ne pas mentir
Savoir ces sentiments communs, regretter déjà ces lendemains
La peur passée d’un présent lointain, se savoir suif sans en souffrir
Vivre au mieux sa mélancolie, avoir le bonheur d’être en vie
Et puis attendre d’en finir, avec le cœur encore en main.