Texte / Départ


Dans ta présence déjà se dessinait ton absence.
Tu nous retenais encore et nous libérais enfin.

Sous notre peau s’installe le frisson du manque.
Dans notre chair et dans notre éveil résonne l’écho de ton être.

Et ton mythe se construira sur la fraîche douleur de nos mémoires.
Heureux en arts, fidèle à toi, rayonnant ici et là.

Prenant, donnant, œuvrant.
Hier encore tu nous disais.
Mon Gib.