Image, Texte / Trois photographes


Voilà l’exposition Tous photographes! terminée. Quatre-vingt cinq de mes images y furent projetées. C’est bien peu dans la masse des quelques dizaine de milliers d’images envoyées. Pourtant, il est probable que pour chacun des participants, même une image est déjà beaucoup. Comme en sport, bien que sans compétition, si ce n’est celle naturellement inscrite dans nos gènes, l’important était de participé. Comme amateur disait le programme. Mais en étions-nous tous?

Par une telle démarche muséale, la question de la fonction du photographe dans la société, ou plutôt la définition de ses différentes fonctions, de ses différents rôles, était posée. Qui est le professionnel? Qui est l’amateur? En introduisant une troisième fonction, l’artiste, je postule pour un triumvirat de la photographie.

 

Le triumvirat de la photographie

À la suite d’un article paru conjointement dans la Tribune de Genève (màj: lien mort) et le 24heures (màj: lien mort), je plaçais un commentaire esquissant ce triumvirat de la photographie. J’écrivais que le professionnel va, par métier, à l’événement; il le précède parfois. Il y risque sa peau et son œil. L’amateur est là où l’événement se passe, s’il s’y passe. Il n’y risque que son ego; celui d’être ou non publié. Mais l’amateur photographie d’abord pour lui-même. En quoi il rejoint l’artiste, sans forcément avoir son œil. Ainsi se forme le triumvirat de la photographie: le courage, l’espérance et la justice.

Pourtant, à travers ma participation à l’exposition Tous photographes!, où donc me situé-je? Pas de courage à être à distance de l’événement, si ce n’est celui bien facile d’exposer, perdu dans la masse, quelques images d’archives. Aucune espérance, puisque par définition, les photos envoyées étaient exposées. Peut-être l’espérance bien peu modeste d’être distingué parmi les autres, mais fallait-il encore que mes images ne soient pas non-vues. De la justice? C’est prétentieux. En tous cas cela ne l’est pas dans les images exposées, puisque celles-ci en valent bien d’autres. Mais peut-être par l’exploration théorique que cette expérience m’a amené à entreprendre.

(à suivre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *